15.01.2015

Un peu d'histoire locale et cantonale (2e partie)

Deuxième partie de l'histoire du canton.

Les remaniements.

Si la formation provisoire du département avait multiplié les cantons (80), la formation proprement dite les avait singulièrement réduit (45). Il fallait s’y attendre, des changements devaient se produire.
Le 26 novembre 1791, la Commission du Conseil Général de l’Aude présenta un projet de rectification des cantons et des communes (de 45 on passait à 69).


En ce qui nous intéresse, notons la création du canton d’Armissan au détriment de celui de Coursan. De plus le canton de Bize était créé au détriment de celui de Ginestas et par l’adjonction de la commune d’Ouveillan prise à Coursan.
Le canton d’Armissan était alors composé d’Armissan, Gruissan et Ste Lucie, Pérignan et St Pierre del Lec, Vinassan et Marmorières. Le canton de Coursan devenait Coursan et la terre de Latour, Cuxac Rive Gauche, Salles et Céleyran, Sallèles et Truilhas. Mais ce projet ne fut jamais réellement appliqué et quelque temps plus tard, le canton d’Armissan fut supprimé. Jusqu’à l’an IV le canton de Coursan avait donc pour territoire Coursan, Armissan, Cuxac, Gruissan, Ouveillan, Pérignan, Salles, Vinassan.
Les remaniements allaient continuer.


La loi du 19 vendémiaire an IV (10 octobre 1795) supprima les districts, conserva les cantons mais à la tête de ces derniers fut placée une administration municipale dite « Municipalité » de canton, formée par des agents municipaux de chaque commune et avec à sa tête un Commissaire du Directoire.
Le nombre de cantons audois passa à 44 et Coursan ne fut pas touché.
La loi du 28 pluviose an VIII (17 janvier 1800) établit sous le nom d’arrondissements communaux de nouvelles circonscriptions administratives intermédiaires entre le département et le canton. L’ancien district de Narbonne plus les trois cantons de Lagrasse devenait à ce moment là le 3e arrondissement de l’Aude avec neuf cantons dont Coursan.


Dès l’an IX (1801) et la création des Préfectures et Sous-Préfectures, le canton a perdu à peu près toute son importance administrative pour devenir une simple circonscription judiciaire.
Le détail de cette nouvelle organisation fut réglé définitivement par un arrêté des Consuls du 13 brumaire an X (4 novembre 1801) pris conformément à la loi du 8 pluviose de la même année. Cet arrêté ordonnait la réduction des justices de paix et l’établissement des divisons cantonales et communales telles qu’elles existent encore aujourd’hui.


L’histoire était écrite. Salles d’Aude était une commune du canton de Coursan, lequel constituait un des six cantons de l’arrondissement de Narbonne avec à quelques petites surfaces près, la physionomie d’aujourd’hui.

Tiens au fait un dernier détail, saviez-vous qu’au 19e siècle, la commune de Gruissan avait demandé à être retiré du canton de Coursan pour rejoindre celui de Narbonne. Une délibération du conseil municipal de Salles d’Aude commente dans un long exposé les raisons du refus de nos élus de l’époque.  C’était le 1er mars 1879. Il aura donc fallu attendre 135 ans pour que l’Etat enlève Gruissan de notre canton.

Les commentaires sont fermés.