15.06.2014

L’EFSC à l’épreuve du n°1 basque

A Cassagne (15h30): Entente Fleury-Salles-Coursan (n°1 Languedoc) contre St Pée sur Nivelle UC (n°1 Côte Basque- Landes).

Arbitre Loïc Frayssinet (Côte d’Argent).

Leurs parcours :

L’EFSC bat Pia (n°2 Pays Catalan) 21-19 en 32e, Antibes  (n°3 PACA) 27-16 en 16e, Viriat (n°1 Lyonnais) 27-5 en 8e, Lauzerte (n°2 Midi Pyrénées) 29-21 en quart.

St Pée sur Nivelle bat Villeneuve Paréage (n°5 Midi Pyrénées) 22-18 en 32e, Valréas (n°1 PACA) 19-10 en 16e, Ste Livrade (n°1 Périgord Agenais) 22-16 en 8e, Lectoure (n°1 Armagnac Bigorre) 26-7 en quart.

 

024.JPG

 

Fleury-Salles-Coursan dans le dernier carré national de Promotion d’Honneur, c’est la belle surprise de cette saison 2013-2014. Après un début de saison prudent, les hommes du tandem d’entraîneurs Gauthier- Poquet ont terminé en tête de la poule et ont confirmé en battant en finale Rives d’Orb 27-18. Depuis ils étonnent dimanche après dimanche par leurs performances. En effet l’équipe est atypique. Le pack est léger mais il compense son manque de poids par un courage à toute épreuve, une défense intraitable avec une 3e ligne de devoir. En touche Vandycke ou Escanez sont des gros pourvoyeurs. Les avants tiennent la baraque et ce sont les lignes arrières qui, à maintes reprises cette saison, ont renversé des situations compromises comme cela a été le cas en quart de finale face à Lauzerte (qui menait 21-6 à la 42e).  L’EFSC ne baisse jamais les bras, joue à fond tous les ballons et ne se posent pas de questions. C’est la grande force du club audois cette saison.

Avec 3 défaites seulement depuis le début de la saison sur 24 rencontres, invaincu depuis le 12 janvier (défaite à Couiza), avec 649 points inscrits contre seulement 304 encaissés, le champion du Languedoc réalise une belle, très belle saison.

Mais ce dimanche, l’EFSC va tomber sur une fois encore, du lourd, du très lourd le champion de la Côte Basque- Landes, St Pée de Nivelle. Ce dernier est sorti à la 5e place de la poule 1 d’Honneur- PH- 1ere série et depuis cumule les victoires faciles en PH (victoire 30-13 en finale contre Sault de Navailles). Son parcours en championnat de France est impressionnant. Cette ville de plus de 5800 habitants est rappelons le berceau du xistera depuis 1857. Le pack est annoncé comme costaud avec une 3e ligne au dessus du lot. Derrière l’équipe est jeune et renforcée par des juniors des grands clubs alentours comme St Jean de Luz, Bayonne, Anglet, Biarritz. Tout un programme et un sacré challenge à relever pour Fleury-Salles-Coursan.

 

003.JPG

 

Mais les Audois ont le vent en poupe et un moral à tout épreuve comme ils l’ont montré à maintes reprises cette saison. Malgré les blessures de Manu Ricard, Lambert Delage, Thomas Vandycke, Bruno Illan et plus récemment Johan Jérez et Clément Curbaille, l’EFSC est toujours debout et bien présente à ce stade de la compétition.

Pour ce match capital le groupe de dimanche dernier a été conservé à deux exceptions prés, le pilier Benoit Combes a purgé ses deux matches de suspension et remplace l’autre pilier Julien Gasquez qui lui est suspendu pour un 2e carton jaune contre Lauzerte, tout comme le jeune Kévin Barriac qui lui sera remplacé par Clément Curbaille, ce dernier encore convalescent ayant passé un test positif lors du dernier entraînement.

Sept ans après sa 1ere demi finale nationale, le 10 juin 2007 (défaite 16-9 face aux Cathares d’Espezel, champion de Midi Pyrénées), Fleury-Salles-Coursan rêve désormais d’une finale nationale qui serait une belle consécration après quelques saisons mi-figue, mi-raisin. Ce serait mérité pour ce club formateur.

Dimanche dernier le capitaine David Lumière a livré un match époustouflant et a montré l’exemple en inscrivant le premier essai. Ensuite les jeunes ont pris la parole avec cette percée de Béranger Blanc et l’essai de Morgan Javegny (respectivement 20 et 21 ans). Vivement cet après-midi pour vivre une fois encore, aux exploits des « jaunes-bleus-noirs » de Fleury-Salles-Coursan et cette opposition désormais classique entre le Languedoc Méditerranée et le Pays Basque Atlantique, une finale avant l’heure.

Les commentaires sont fermés.